samedi 22 décembre 2018

Une expression par jour # 356

L'expression du jour (à placer dans une phrase ou un petit texte) :

La croix et la bannière
De grandes complications ou difficultés.

Origine :
Cette expression, sous une forme un peu différente, est attestée dès le XVè siècle, issue de l'italien.
A cette époque, la religion était omniprésente, dans toutes les activités et à tous les niveaux de la société.
La croix, représentant celle du Christ, était donc obligatoirement brandie en tête de toutes les processions, qu'il s'agisse des religieuses accompagnant des reliques diverses ou organisées pour des événements particuliers, ou bien de celles destinées à accompagner l'arrivée d'un notable dans la ville.
Dans ces différentes processions, on portait aussi des étendards ou des bannières diverses, que ce soit celle de la Vierge, de la paroisse, d'une confrérie, du notable en déplacement ou de celui le recevant.
Mais l'organisation de ces processions n'était pas facile, paraît-il. Les formalités, les règles à suivre, le respect de l'importance des participants, qu'elle soit honorifique ou hiérarchique, transformait parfois leur préparation en de véritables casse-têtes.
Ce qui explique le sens de "grandes complications".
En 1690, Furetière indique que "il faut la croix et la bannière pour inviter quelqu'un" signifiait "il faut aller le chercher avec des formes telles qu'il ne puisse se dérober".
Dans ce sens, on retrouve l'apparat, la procession organisée pour accueillir au mieux un visiteur éminent en déplacement qui, ainsi accueilli avec faste, ne pouvait décemment pas s'esquiver.
Notre forme actuelle "c'est la croix et la bannière pour..." est attestée en 1822.

Ce fut un samedi bien rempli. Marché local, en vélo, sous un petit crachin ; je fais de nombreuses rencontres agréables. Clara avait cours de percussions (pour préparer La Nuit du Conservatoire qui aura lieu le mois prochain). Avec son frère, j'ai préparé le repas. Puis nous allons tous au cinéma, eux voir un film de fiction divertissant et moi un docu sur "La Route Napoléon".  Puis je vais à la soirée karaoké de la Librairie où je me suis bien amusée, sans chanter ; ça serait la croix et la bannière pour me faire monter sur scène ! J'ai été touchée qu'une Amie (MC T) interprète "ma drôle de vie" de Véronique Sanson car elle sait que c'est ma chanteuse préférée. Mais quand j'étais petite, je vouais une admiration sans faille à Marie Laforêt et j'ai été ravie que soit interprété "Ivan, Boris et moi" et j'ai été surprise de m'en rappeler parfaitement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de votre passage. Votre message sera validé par le modérateur.