vendredi 12 novembre 2010

Des personnes exceptionnelles

Hier, dans le cadre du Festival Arts des Suds, nous avons donc été au cinéma découvrir (pour Clara), revoir (pour moi) le film Keita, l'héritage du griot, avec entre autres Sotigui Kouyaté, film réalisé par son fils Dani Kouyaté (1997).
Clara : "J'ai adoré !" (bien que le film était présenté en VO, pas toujours évident pour un enfant).

"Je suis guinéen d'origine, malien de naissance et burkinabé d'adoption. Je ne suis passé par aucune école de théâtre, si ce n'est la grande école de la rue, de la vie", a confié Sotigui Kouyaté.

Sotigui Kouyaté, je l'ai découvert au théâtre ; le voici dans une scène du Mahabharata de Peter Brook :
Ah ! le Mahabharata, un de mes meilleurs souvenirs de théâtre. Le spectacle durait... 9 bonnes heures, en trois parties. Je l'ai vu deux fois !! (A Paris, aux Théâtre des Bouffes du Nord).

"En 1985, après onze années de travail, Peter Brook et Jean-Claude Carrière présentaient au festival d'Avignon une version théâtrale du Mahabharata, ce grand poème épique qui rassemble les croyances et les mythes fondateurs de la culture indienne. Un film puis une version télévisée prolongèrent le triomphe de cet étonnant spectacle."

"Le Mahâbhârata est l'un des livres les plus anciens de l'humanité (presque 15 fois la Bible : plus de 200 000 vers). Écrit en sanscrit, il est l'origine même des mythes, de la religion, de l'histoire et de la pensée indienne.

Ce spectacle raconte, en plusieurs chapitres, l'histoire des Pandavas et des Kauravas, deux familles cousines qui se querellent pour savoir qui doit régner sur le monde. "La partie de Dés" raconte la naissance et l'enfance des héros, les origines fabuleuses des protagonistes, les premiers conflits et l'inégal partage du Royaume. "L'Exil dans la forêt" met en scène les années d'obscurité, comment chaque camp acquiert des armes dévastatrices et l'approche inévitable de la destruction ultime. Le monde y est régi par la dissimulation et le mensonge alors que les sages s'échinent à préserver la paix. "La guerre" décrit des batailles monumentales dont dépendra l'avenir de l'univers. De nombreux héros vont mourir les uns après les autres au cours de combats impressionnants. Les vainqueurs resteront seuls dans un monde dévasté. Un règne de 36 années heureuses mènera les héros vers le Paradis, "un monde de rêves".

"Le Mahâbhârata est une épopée, avec des héros et des dieux, des animaux fabuleux. En même temps, l'œuvre est intime. C'est-à-dire que les personnages sont vulnérables, pleins de contradictions, totalement humains" (Peter Brook).



Et voici le grand Peter Brook,
présenté dans le Télérama de cette semaine
(merci Télérama)
pour son nouveau spectacle !

Car débutent cette semaine, aux Bouffes du Nord, les représentations de :
Une flûte enchantée - Opéra

Librement adaptée par : Peter Brook, Marie-Hélène Estienne, Franck Krawczyk
Mise en scène : Peter Brook
Lumières : Philippe Vialatte
Costumes : Hélène Patarot
Piano : Franck Krawczyk, Matan Porat
Avec : Dima Bawab, Malia Bendi-Merad, Leila Benhamza, Luc Bertin-Hugault, Patrick Bolleire, Jean-Christophe Born, Raphaël Brémard, Thomas Dolie, Antonio Figueroa, Virgile Frannais, Betsabée Haas, Matthew Morris, Agnieszka Slawinska, Adrian Strooper, Lei Xu, Jeanne Zaepffel
Comédiens : William Nadylam, Abdou Ouologuem
Conseiller artistique : Christophe Capacci

De Wolfgang Amadeus Mozart

Voici Les Bouffes du Nord. Ce lieu est magique...

J'ai beaucoup fréquenté ce théâtre (ne plus y aller me manque). Outre les créations de Peter Brook et des spectacles musicaux, je me souviens de Jeanne Moreau dans Le Récit de la servante Zerline d'Herman Broch, et d'André Marcon disant du Valère Novarina.

Le prix Ibsen :

"Il s'agit de récompenser une personne, une organisation ou une institution du domaine artistique dont les réalisations exceptionnelles sont dans l'esprit du dramaturge norvégien Henrik Ibsen."

Ce prix international, créé en 2007, a couronné Peter Brook en 2008 et Ariane Mnouchkine en 2009. Cette année, le prix a été décerné à Jon Fosse, dramaturge, romancier et poète norvégien.

J'ai ajouté cette précision pour dire que j'appréciais également beaucoup le travail d'Ariane Mnouchkine ; j'ai longtemps fréquenté le Théâtre du Soleil mais aussi les théâtres de la Cartoucherie.
Voilà, il me reste tant d'heureux souvenirs !

Lorsque je le pouvais financièrement, j'achetais les textes des pièces; voici les adaptations que j'ai du grand Jean-Claude Carrière :







J'espère vous donner envie d'aller au théâtre, à défaut de lire, relire ces merveilleux textes !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de votre passage. Votre message sera validé par le modérateur.