mercredi 2 novembre 2016

Atelier d’écriture # 239 chez Bric à Book


Pour découvrir le texte de chacun,
http://www.bricabook.fr/

L'image à partir de laquelle on écrira :  une photographie de Julien Ribot  

© Julien Ribot


Quand j'étais petite, grand-mère avait deux maisons : un appartement en ville et une jolie petite villa à la campagne. Nous y allions de temps en temps, un peu plus souvent à la belle saison, toujours en autobus. Nous descendions à l'arrêt des Tilleuls, empruntions la rue... des Tilleuls et nous voici devant le portail qui grince quand on le pousse.
Grand-mère ne ferme jamais le portail à clef. Elle dit que c'est inutile, le coincement fait office de sonnette. Une fois dans la propriété, c'est le paradis pour nous les enfants : de l'espace avec des herbes folles, une poignée d'arbres et, cerise sur le gâteau, un petit ruisseau qui passe au fond du jardin ; il serpente dans tous les jardins des alentours ! Bien entendu, nous n'avons pas le droit de jouer près du ruisseau, mais il nous attire irrésistiblement. Il n'est pas profond, l'eau est claire, où est le danger ?!!
Nous sommes des enfants dociles. Nous frôlons les interdits mais obéissons. Pour faire la dînette, je puise furtivement un peu d'eau. Quand nous avons chaud, nous trempons nos mains et nous éclaboussons les bras, le visage, parfois plus... Un jour, enhardis, nous avons commencé à construire un barrage. 
Ce que j'aime, c'est me déchausser et marcher pieds nus dans l'herbe si douce.
Ce que j'aime, c'est entendre le bruissement du vent, le bourdonnement des insectes, le gazouillis des oiseaux que nous n'arrivons jamais à voir. Grand-mère dit que nous faisons trop de bruit et leur faisons peur. 
Nous avons souvent espéré  apercevoir des poissons dans le ruisseau ; en vain, pas même des têtards ! juste ces bestioles qui marchent sur l'eau, ou des moustiques agaçants.
Les jours de pluie, nous ne pouvons pas jouer dans le jardin, mais il y a la véranda. Je regarde les gouttes tracer sur les vitres des chemins sinueux, la buée opaque sur un seul côté. J'aime entendre la chanson plus ou moins lancinante de l'averse bercée par le vent.
Finalement, les jours de pluie sont remplis d'une douce poésie, un peu triste mais calmante. Elle rendra l'herbe plus épaisse, fera surgir de nouvelles fleurs sauvages et fera tout briller comme après un grand coup de ménage.
Lorsque nous quittons la maison de grand-mère, le portail grince lugubrement, la rue des Tilleuls est longue à parcourir, les odeurs de la ville nous agressent.
Déjà, je rêve à la prochaine fois où nous reviendrons.

20 commentaires:

  1. Les beaux souvenirs d'enfance ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De beaux souvenirs... inventés !

      Supprimer
  2. Magnifique ! merci Eva ! très gros bisous et bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Colette. Gros gros bisous à toi aussi.

      Supprimer
  3. Ton texte me rappelle de nombreux souvenirs de vacances chez mes grands-parents. Merci de m'avoir ouvert les portes d'une enfance retrouvée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Albertine, ton commentaire me fait très très plaisir.

      Supprimer
  4. J'aime beaucoup la description des jours de pluie et cette ambiance un peu nostalgique.

    RépondreSupprimer
  5. Joli texte sur les souvenirs d'enfance. Je suis souvent surprise par les souvenirs liés au grands-parents... peut-être parce que j'en ai moi-même très peu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est important d'avoir eu ses grands-parents quand on est enfant, ça nous construit en grande partie.

      Supprimer
  6. Très joli texte, je reste derrière le portail et continue de rêver avec ton personnage, tiens ! :)

    RépondreSupprimer
  7. C'est toujours charmant ces souvenirs d'enfance !

    RépondreSupprimer
  8. Beaucoup de tendresse dans ton texte et de nostalgie. Quel bonheur de se remémorer les souvenirs de l'enfance et des grands-parents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Ces souvenirs-là sont imaginaires, mais inspirés de mes propres souvenirs.

      Supprimer
  9. C'est la précision de ton texte qui le rend si vivant. On se sent proche de ton personnage, et à travers lui on touche un peu à notre propre enfance. Bravo !

    RépondreSupprimer
  10. Le charme des souvenirs d'enfance auprès de ses grands parents <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous en avons tous, à condition bien entendu d'avoir eu la chance d'avoir encore des grands-parents. Ils manquent toujours...

      Supprimer

Merci de votre passage. Votre message sera validé par le modérateur.