dimanche 29 juillet 2018

Une expression par jour # 210

L'expression du jour (à placer dans une phrase ou un petit texte) :

  
Ne tirez pas sur le pianiste !
Soyez indulgent envers une personne qui est de bonne volonté !
N'accusez / n'agressez pas un lampiste au lieu du véritable responsable !

Origine :
C'est Oscar Wilde qui, dans ses "Impressions d'Amérique", raconte qu'en 1880, dans le saloon de Leadville, ville-champignon où l'on venait de découvrir des gisements aurifères, il y avait un panneau qui disait "Please don't shoot the pianist. He is doing his best". Ce qui, en bon français, veut dire "Merci de ne pas tirer sur le pianiste. Il fait de son mieux".
Car c'est bien par allusion au Far-West que cette expression est née.
Qui n'a vu, entre autres dans ces livres d'histoire de l'Ouest illustrée par Morris et Goscinny (Lien externe) ou dans des westerns, ce fameux pianiste qui, dans les saloons, est toujours là, à la fois pour animer un peu les lieux et pour, grâce à sa musique, "adoucir les moeurs".
Sauf que quand les bagarres se déclenchaient ou les balles commençaient à voler, les deux premières victimes étaient souvent le miroir placé derrière le comptoir et le pianiste.
Celui qui prenait était donc ce pauvre bougre plein de bonne volonté, tentant juste de faire son job, et certainement pas le responsable de la bagarre générale (sauf, peut-être, si sa musique était aussi pénible à supporter que celle d'Assurancetourix...

Dernière journée en Provence ! Ma belle-sœur et mon beau-frère m'ont gâtée : nous avons vu deux très beaux villages en attendant que je ne prenne le train à Avignon pour me rendre à Montpellier où vit ma maman et ma petite sœur. 
Première étape à Fontaine de Vaucluse où l'on peut monter vers la résurgence de la Sorgue. Nous ne pouvons plus descendre à la grotte mais la balade ombragée au long de la rivière naissance est très agréable (et très fréquentée !). 















 On peut visiter un moulin à papier (très intéressant)

Puis direction vers l'Isle-sur-la-Sorgue où nous avons déjeuné près de l'eau ; au menu, truite du coin. Il y avait foule, heureusement nous sommes arrivés assez tôt pour avoir une bonne place. Le service était un peu long mais ne tirons pas sur le pianiste, la cuisine était excellente, le poisson cuit au dernier moment, et servi avec le sourire, bravo à l'équipe que j'ai trouvée très sympa.  Déambuler dans cette petite ville équivaut à prendre un bain de foule, il faut bien le reconnaître... mais le charme opérait. 










2 commentaires:

  1. C'est une ville dont j'entends beaucoup parler sur les blogs !

    RépondreSupprimer

Merci de votre passage. Votre message sera validé par le modérateur.