dimanche 3 avril 2016

Une image, une histoire chez Lakevio

 Pour voir le texte de chacun, clic sur  Lakévio 

Edward Hopper House by the Railroad
Une des maisons de Edward Hopper 


Mon texte :

Le soleil d'hiver qui, avec sa douce violence, répand une lumière crue, lave la misérable grisaille de la Villa Hopper. Une plaque indique ce nom à droite du portail rouillé. 
De hauts murs l'enserrent. Toutefois, en grimpant sur la colline aux coquelicots, nous pouvons l'apercevoir en grande partie. 
Le vent râpeux écorche l'enduit qui s'émiette. 
Plus personne ne vient ici depuis 8 ans.
Mais le jardin est toujours entretenu.
Raoul affirme voir certains vendredis deux jeunes femmes accoudées à la terrasse. Il les décrit avec précision, évoque de longues robes mousseuses, des étoles qui flottent au vent, des chevelures rousses. Raoul travaille dans un CAT, il adore lire et souvent, ce qu'il raconte n'est pas la réalité mais ce qu'il a tiré d'un livre. Nous aimons l'écouter.
Comment s'appellent ces deux femmes ?
- Jane (il prononce "djène") et Emily, répond-il sans hésiter. Elles m'ont invité mais je n'ose pas y aller. Je ne suis pas de ce monde et je n'ai pas de beaux habits (il prononce "bozabi"). J'aime cette villa moi et je suis sûr que j'irai un jour.
Heureux Raoul ! Il traverse l'espace, le temps sans souci. Son horizon est vaste, il est libre.

16 commentaires:

  1. J'adore ce peintre, et ton histoire lui va tout à fait bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère, du moins c'est ce que ça m'a inspiré sur le moment. Bisous

      Supprimer
  2. les ambiances du texte et de l'image sont au diapason, c'est une belle fusion.

    RépondreSupprimer
  3. Belle version...on a envie de rêver..comme Raoul.

    RépondreSupprimer
  4. Une version très sensible
    J'ai bien aimé , mais je pense que tu aurais dû y aller , le mélange des genres est enrichissant parfois :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si Raoul y va, il aura quelque déconvenue, la villa a été détruite... mais il est bon de rêver.

      Supprimer
  5. Raoul voit des choses que nous ne pouvons pas saisir. J'aime et je veux y croire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi ! il a raison d'y rêver car c'est un lieu qui n'existe plus, mais il reste l'imagination !

      Supprimer
  6. les soeurs Brönte... Cette maison évoque décidément bien des fantômes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup d'entre nous y ont pensé...

      Supprimer
  7. J'adore ce peintre, c'est vrai que cette maison, aujourd'hui disparue, ne peut que nous inspirer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle nous invite à tant de suppositions !

      Supprimer
  8. Ces femmes hurlent-elles dans le vent ? Si c'est e cas, j'aimerai me joindre à Raoul pour les rencontrer un vendredi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, elles ne hurlent pas, elles regardent la mer au loin, elles chantonnent et le vent disperse leur mélodie...

      Supprimer

Merci de votre passage. Votre message sera validé par le modérateur.